3 freins à l’achat d’occasion (et comment les lever)

Le besoin de sécurité  

Disons-le tout net : acheter d’occasion comporte une part de risque plus importante que l’achat neuf. Si vous avez comme motif d’achat principal la sécurité, il y a de fortes chances que vous évitiez les achats d’occasion pour vous rassurer. Mais si beaucoup de gens associent achat neuf et sécurité, encore faut-il savoir de quelle sécurité on parle.  

Est-ce la sécurité sur la qualité ? C’est bien compréhensible. Rappelez-vous néanmoins que l’achat neuf n’est pas exempt de mauvaises surprises. En témoigne tous les produits faisant l’objet d’un rappel en magasin : présence de plomb dans un plat à tajine, présence de colorants interditsdans une paire de gants en cuir ou risque de noyade avec une bouée pour enfant. Qu’on se rappelle égalementle cas des Galaxy Note 7 de Samsung dont les batteries s’étaient embrasées. 

Est-ce la sécurité due à la garantie ? Sachez qu’en achetant auprès d’un professionnel de l’occasion, vous bénéficiez des garanties légales au même titre que le neuf (tous ces aspects sont traités en détail dans le chapitre 9).   

Est-ce la sécurité sur les conditions d’utilisation ?Il est parfois dit qu’acheter d’occasion serait dangereux dans la mesure où le produit ne serait plus accompagné de son emballage d’origine et de sa notice d’utilisation. Pensons par exemple à un siège auto dont l’installation précise est garante de la sécurité de l’enfant. Sachez que les vendeurs vous les proposeront souvent d’eux-mêmes. Si ce n’était pas le cas, vous pourriez les retrouver facilement sur le site du fabricant, sur les sites marchands ou sur des sites spécialisés comme https://www.recherche-notices.fr/ou https://www.central-manuels.com.  

Est-ce la sécurité concernant la provenance ? Pour être sûr que l’objet ne soit pas volé, vous pouvez vous donner comme règle de n’acheter que de première main, preuve d’achat originale à l’appui. Même dans ces conditions, il reste de belles occasions à dégoter. 

Est-ce la sécurité sur l’authenticité ? Les contrefaçons sont une plaie. On en trouve évidemment dans le monde de l’occasion mais également en neuf. Pour y échapper à coup sûr, il faut avant tout bien s’informer (par exemple ici et ici).  

Est-ce la sécurité sur la transaction ? C’est tout à fait possible en achetant d’occasion ! Vous trouverez ici de nombreux conseils pour sécuriser le paiement de votre transaction (chapitre 8) et pour éviter de tomber dans une arnaque (chapitre 9). Car n’oubliez pas que, là également, c’est le fait d’être bien informé qui fera la différence.  

 

La crainte de paraître pauvre

Voilà un frein de taille à l’achat d’occasion : la peur de paraître pauvre, d’être celui qui n’a pas les moyens. C’est pour ces raisons notamment que j’ai eu du mal à envisager d’acheter des vêtements d’occasion (je détaille les raisons qui m’ont amenées à faire ce choix dans le chapitre 12). Acheter un article ou deux pourquoi pas, mais de là à ce que cela devienne mon premier réflexe, il y avait un grand pas ! 

Comme on l’a vu au premier chapitre, il y a toutes sortes d’état pour les produits d’occasion et certains sont littéralement comme neuf. Il existe en outre toutes les gammes dans le monde de l’occasion. Celle qui se développe le plus ces derniers temps, c’est le secteur du luxe d’occasion. On y trouve des objets d’exception à des prix… d’exception ! Ce sont des objets avec une notoriété perçue très importante. Oui mais, me direz-vous, ce sont des objets qui ne sont plus disponibles en neuf où le marché d’occasion s’impose de lui-même. J’en conviens. 

Mais alors, qui achètent volontairement de l’occasion ? Et est-ce le cas des foyers aisés ? La réponse est oui, au moins autant que les autres, si ce n’est plus. Dans un article du journal Le Monde, on lisait que “par rapport à la moyenne des internautes, le site Le Bon Coin rassemble davantage de catégories socio professionnelles supérieures, c’est à dire de chefs d’entreprise, cadres, artisans et commerçants.” 

C’est que l’achat d’occasion peut être un choix pleinement assumé et valorisé. Car la question n’est pas forcément de savoir si l’on a ou pas les moyens d’acheter neuf. Ce serait plutôt de chercher ce qui est le plus responsable, ce qui est le plus juste. Et comme on l’a vu, acheter ou vendre d’occasion est vertueux en lui-même, que ce soit au niveau environnemental ou social. À bien y regarder, il apparaît donc qu’il y a de très bonnes raisons de s’enorgueillir d’acheter de l’occasion ! 

 

L’empreinte émotionnelle 

Pour certains, c’est l’empreinte émotionnelle (certains diront énergétique) qui empêchent de se tourner vers le marché de seconde main. Il est en effet parfois difficile d’imaginer acheter et utiliser des objets ayant appartenu à d’autres personnes.Bien que difficilement verbalisable, on peut “le sentir” ou “ne pas le sentir”, ce qui relève du domaine de l’expérience propre à chacun. 

Il m’est arrivé une expérience qui illustre bien ce point. Je me suis en effet vu proposer de récupérer les vêtements d’un défunt. Parmi eux, plusieurs polos Lacoste qui étaient à ma taille. Bien que je “ne le sentais pas”, j’ai quand même fait un essai qui a vite confirmé mon impression défavorable. Je ressens parfois le même genre de sensations dans des brocantes ou lorsque je regarde ce qui se vend dans les ventes aux enchères. C’est comme si certains objets n’étaient pas vraiment disponibles, qu’ils étaient encore chargés de l’énergie de leur vie d’avant ou des conditions malheureuses à cause desquelles ils se retrouvaient à vendre : faillite, divorce, liquidation judiciaire, saisie, décès, etc.  

Heureusement, la majorité des objets d’occasion sont en vente pour des raisons bien plus triviales : erreur d’achat, renouvellement des équipements, vêtements devenus trop petits, vider ses placards, cadeaux qui ne plaisent pas.  Autrement dit, l’empreinte émotionnelle est bien plus légère. Elle peut même être très positive. Imaginer une personne obligée de marcher avec des béquilles et qui, à force de rééducation et de volonté, fini par ne plus en avoir besoin et les propose à la vente. Cela ferait une belle empreinte émotionnelle pour le nouvel acquéreur, non ?

 

Cet article vous a plu ?        > > >